24h dans la vie de...
05 mars 2020
Dans les secrets de l’Atelier Messika
24h dans la vie de...

Rencontre dans l’Atelier des Rêves de Messika avec Xavier, Maître artisan joaillier depuis 5 ans au sein de la Maison Messika qui démocratise la joaillerie et haute joaillerie traditionnelle ...

This is M

Parlez-nous de votre premier jour à l’Atelier des Rêves Messika
Je me souviens d'une équipe jeune et dynamique, et d'une ambiance très chaleureuse. A l'époque, en 2015, l’atelier était si petit que c'est comme si nous jouions à « Tetris » pour parvenir à quitter notre établi. Au départ, la Haute Joaillerie Messika n'en était qu'à ses balbutiements et c'était terriblement excitant de faire partie de cette aventure. Notre atelier a toujours été une espèce de laboratoire expérimental où la créativité de Valérie Messika prend corps.

Racontez-nous le processus de création d’une pièce de Haute Joaillerie
Il peut prendre deux directions : le bijou peut se façonner en fonction des diamants choisis par Valérie Messika, ou du croquis élaboré par les dessinatrices de la Maison. Ensuite, le joaillier réalise une première ébauche en or afin de définir la structure et la forme de la pièce, tout en polissant les éléments qui doivent l'être et en déterminant le meilleur serti. Si la pièce est trop complexe, nous créons manuellement une maquette en argent ou via des logiciels en 3D. La structure est dès lors affinée, parfois retouchée, jusqu’à obtenir le résultat voulu par la créatrice et le directeur artistique.


Vous rappelez-vous de votre premier bijou en diamant ?
Oh oui ! Il s’agissait d’un collier-cravate en diamant assez particulier car modulable en trois parties et capable de se transformer en bracelet diamant. La réalisation de cette création de Haute-Joaillerie était vraiment technique et a demandé plus de 200 heures de travail.

Quelles sont les qualités d’un bon joaillier ?
Je dirais la curiosité, la patience et bien entendu la passion. Il faut aussi être ambitieux mais savoir se remettre en question. Enfin, un bon joaillier sait s'adapter à toutes les situations car nous évoluons dans le secteur du luxe où le niveau d’exigence est très élevé. Si c'est un jeune qui souhaite embrasser cette profession, il devra donc être tenace et faire preuve d'un fort investissement personnel. Chez Messika justement, nous formons des apprentis aux profils variés, une diversité qui nous apporte une indéniable valeur ajoutée.


Et vous-même, quel fut votre parcours ?
Après avoir intégré un lycée de joaillerie, j'ai démarré ma vie professionnelle comme apprenti joaillier dans un atelier parisien. Je suis ensuite passé par différentes maisons puis, il y a 5 ans, j'ai intégré la Maison Messika qui m'a recruté grâce à mon savoir-faire et à mon expérience.